Guillaume Lepoix, Glissement de terrain   

Guillaume Lepoix, Glissement de terrain   

Guillaume Lepoix, Glissement de terrain   

Guillaume Lepoix, Glissement de terrain   

Guillaume Lepoix

« C’est ainsi que j’allais non tant sur la trace des motifs de Cézanne [...], mais je suivais bien plutôt mon sentiment : c’était la montagne qui m’attirait comme rien encore dans ma vie ne m’avait attire?. »
Peter Handke, La leçon de la Sainte-Victoire, 1985.

Tout comme Cézanne, j’utilise le motif d’une montagne. Mais ici c’est une modélisation en 3D du Mont Cervin (emblème de la montagne par excellence) extraite de Google Earth. Une fois simplifiée, elle représente une image réaliste de montagne tout autant qu’une forme modélisée polygonale affirmant clairement ses origines virtuelles. Elle devient ainsi un motif récurrent de mon travail. Cela me permet ainsi de mettre en parallèle les notions de réel/virtuel et le rapport regardeur/paysage.
Ici la structure devient costume, presque objet de camouflage. Un camouflage puéril qui est loin d’être invisible, mais qui affirme un désir de fusion avec le paysage. C’est bien d’un châssis et d’une toile qu’il s’agit ; une peinture de paysage se déplaçant le long du littoral et par extension un paysage qui se de?place dans un autre.