Julie Marie Cazard, Faire la mer  

Julie Marie Cazard, performance Faire la mer  

Julie Marie Cazard, Pays sage  

Julie Marie Cazard, Pays sage  

Julie Marie Cazard, Les oiseaux   

Julie Marie Cazard, Les oiseaux   

Julie Marie Cazard

« Hugo : (…) je me dis que quand on a compris l’idée c’est suffisant. Dans mon travail je retrouve cette idée, en sculpture, je n’allais pas jusqu’au bout de la forme, une fois qu’on avait compris l’idée, c’était suffi sant. C’est le soucis, de ne pas en faire trop, de savoir s’arrêter.

Julie : C’est aussi, de placer l’essentiel dans l’idée que. Comme un échantillon qui prouve.

Hugo : Oui. Après on avait aussi parlé de l’idée d’échouer dans ton travail. Est-ce que tu n’as pas envie d’échouer dans...

Julie : Quand je commence une collection, j’aimerai avoir toutes les variantes possibles du monde. Mais je sais que je ne pourrai jamais. Finalement ce qui m’intéresse, c’est quelque chose qui se rapproche plus de l’attitude.

Hugo : Oui, aussi parce que sinon tu rentres dans la névrose.

Julie : Oui, ça, ça ne nous intéresse pas.

Hugo : On ne veut pas être malade !

Julie : Oui ! »