Hôpital La Grave - Toulouse, France  

Marie Welles - Le Bowling, 2010  

Marie Welles - Le Bowling, 2010  

Marie Welles - Le Bowling, 2010  

Marie Welles - Le Bowling, 2010  

Marie Welles - Le Bowling, 2010  

Marie Welles - Le Bowling, 2010  

Pauline Prat/Marie-Johanna Cornut - Kiosque, 2010  

Pauline Prat/Marie-Johanna Cornut - Kiosque, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Rémi Groussin - Le nouvel appartement privé de l'ancien aumônier, 2010  

Marion Brusley, En Déshérence, 2010 - Installation sonore  

Marion Brusley, En Déshérence, 2010 - Installation sonore  

Imaginez Maintenant
(p)réparation

Télécharger le dossier de presse

http://www.imaginezmaintenant.com/

Du 1er au 4 juillet 2010, le carré historique de l’hôpital La Grave, lieu emblématique du patrimoine toulousain sera investi d’une centaine de jeunes artistes et artisans, tous âgés de moins de 30 ans. Danseurs, musiciens, compositeurs, paysagistes, architectes, graphistes, plasticiens, circassiens, performers, dessinateurs, réalisateurs, tous ont répondu à l’appel à projet lancé par le CDC et ont relevé le défi d’imaginer un projet sur mesure pour ce lieu si particulier. Un comité artistique s’est réuni pour choisir les artistes les plus pertinents auxquels s’ajoutent les commandes et les projets initiés par le CDC ou les parrains de la manifestation.

(p)réparation, tel est le sous-titre de cette première édition qui souhaite révéler, par le choix des oeuvres la dimension poétique du lieu, qui, en 2010, aborde un tournant décisif de son histoire vers sa reconversion en Cité des Arts.

Parallèlement, de nombreuses écoles sont associées au projet. Un important chantier pédagogique est lancé avec une dizaine de projets : selon le niveau d’étude des élèves (de la Primaire au Supérieur), et leur spécialité (artistique, manuelle, ingénierie, etc.), nous leur proposons une collaboration avec un artiste, aussi simple soit elle, qui représente un croisement de savoirs et de niveaux de savoir faire.
Le savoir-faire de jeunes artisans est également mis en avant, grâce à la collaboration de ces derniers sur certains projets artistiques, et à l’occasion de démonstrations des jeunes Compagnons du Devoir, dont les métiers sont directement liés à la construction, à la restauration du patrimoine et aux métiers d’art.
 
La programmation s’articule principalement autour de la Chapelle de la Grave et des cours fermées qui constituent le Carré historique. Mais déjà des artistes s’emparent de l’image de La Grave en bord de Garonne pour la détourner. C’est donc au pied des remparts qu’Imaginez Maintenant commence.

Projet de l’association Point de fuite :

BOWLING - MARIE WELLES
Dans une des galeries qui encadrent la Cour Sainte Anne, Marie Welles propose un bowling. Sur une piste de 13 mètres, les spectateurs tentent d’atteindre les quilles. Mais les boules colorées sont en plâtre, et le challenge est de taille. Un écran diffuse les scores de chacun et le gagnant remporte un trophée créé par la jeune artiste.

KIOSQUE - PAULINE PRAT ET MARIE JOHANNA CORNUT
Au coeur de l’un des espaces verts de La Grave apparaît un kiosque entièrement fermé. Sa présence est incongrue ; il est sur pilotis, une fine fumée s’en échappe. L’édicule tranche avec l’espace environnant. Ses qualités étranges et festives se font l’écho de la bâtisse en reconversion.

LE NOUVEL APPARTEMENT PRIVÉ DE L’ANCIEN AUMÔNIER - RÉMI GROUSSIN
Rémi Groussin investit l’appartement de l’aumônier avec poésie et légèreté. Loin de dénaturer le lieu, l’artiste s’adapte à l’espace, au mobilier, aux objets dispersés. Il y intègre des projections vidéo réalisées avec différents protagonistes dans le lieu même, mais selon de multiples temporalités.

EN DÉSHÉRENCE - MARION BRUSLEY
Dans une des petites pièces de l’appartement de l’aumônier est installée une chaise, face au mur. Un casque d’écoute est accroché devant elle. Elle fait partie de tous ces objets abandonnés dans cet appartement vide, comme en attente d’un nouveau propriétaire. Une bande-son raconte leur expérience pour faire voyager le visiteur dans différents univers.